Coronavirus 2019 n-CoV

Le 31 décembre 2019, l’OMS a été informée de plusieurs cas de pneumonie d’allure virale d’origine inconnue dans la ville de Wuhan en Chine. Le 7 janvier 2020, la découverte d’un nouveau coronavirus, appelé le 2019-nCoV, en lien avec les cas de pneumopathies a été officiellement annoncée par les autorités sanitaires chinoises.

Le 18 janvier, le premier cas est confirmé en Chine dans la ville de Wuhan avant de s’étendre au reste du pays puis dans la proche région : Thaïlande, Japon, Corée du Sud, Taiwan, Hong-Kong, Macao, Singapour, Malaisie, Vietnam, Népal, Cambodge ainsi qu’aux Etats-Unis, Canada, Australie, Emirats Arabes Unis, Philippines, Russie, Royaume-uni, Italie, Espagne, Suède, Inde, Sri Lanka, Allemagne et Finlande.

Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré une urgence de santé publique de portée internationale – USPPI.

Plusieurs cas ont été confirmés en France, 6 cas le 30 janvier 2020, par le ministère des Solidarités et de la Santé.

En cas de signes d’infection respiratoire (fièvre, toux, difficultés respiratoires) dans les 14 jours suivant votre retour de Chine, ne vous rendez pas chez votre médecin appelez le 15.

Pour connaître l’ensemble des informations et recommandations concernant le nouveau coronavirus par téléphone appelez le 0 800 130 000 tous les jours de 09h00 à 19h00.

Le ministère des Solidarités et de la Santé rappelle, pour les personnes qui auraient séjourné en Chine récemment, les précautions à prendre en cas de signes d’infection respiratoire (fièvre et toux/difficultés respiratoires) dans les 14 jours suivant le retour :

Contacter le Samu Centre 15 en faisant état des symptômes et du séjour récent en Chine.
Ne pas se rendre chez son médecin traitant ou aux urgences, pour éviter toute potentielle contamination.

Pour les personnes qui partent en voyage dans les zones touchées par le virus :

  • D’éviter tout contact avec des animaux, vivants ou morts.
  • D’éviter de se rendre sur les marchés où sont vendus des animaux vivants ou morts.
  • D’éviter tout contact rapproché avec des personnes souffrant d’infection respiratoire aiguë.
  • De ne pas manger de viande non ou peu cuite.
  • De se laver régulièrement les mains avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions hydro-alcooliques.
  • Consulter le site de conseils aux voyageurs du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

En cas de symptômes d’infection respiratoire (fièvre et toux/difficultés respiratoires) il est recommandé :

  • De porter un masque chirurgical si l’on est en contact avec d’autres personnes.
  • D’utiliser des mouchoirs jetables et de bien se laver les mains régulièrement.
  • Lors de son voyage en Chine : de consulter rapidement un médecin localement.

Questions / Réponses

Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

Les coronavirus forment une vaste famille de virus qui peuvent être pathogènes chez l’animal ou chez l’homme. On sait que, chez l’être humain, plusieurs coronavirus peuvent entraîner des infections respiratoires dont les manifestations vont du simple rhume à des maladies plus graves comme le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Le dernier coronavirus qui a été découvert est responsable de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Qu’est-ce que la COVID-19 ?

La COVID-19 est la maladie infectieuse causée par le dernier coronavirus qui a été découvert. Ce nouveau virus et cette maladie étaient inconnus avant l’apparition de la flambée à Wuhan (Chine) en décembre 2019. La COVID-19 est maintenant pandémique et touche de nombreux pays dans le monde.

Quels sont les symptômes de la COVID-19 ?

Les symptômes les plus fréquents de la ‎COVID-19 sont la fièvre, la toux sèche et la ‎fatigue. D’autres symptômes moins courants ‎peuvent également apparaître chez ‎certaines personnes, comme des ‎courbatures et des douleurs, une congestion ‎nasale, des maux de tête, une conjonctivite, ‎des maux de gorge, une diarrhée, une perte ‎du goût ou de l’odorat, une éruption ‎cutanée ou une décoloration des doigts de la ‎main ou du pied. Ces symptômes sont ‎généralement bénins et apparaissent de ‎manière progressive. Certaines personnes, ‎bien qu’infectées, ne présentent que des ‎symptômes très discrets.‎

La plupart des patients (environ 80 %) ‎guérissent sans qu’il soit nécessaire de les ‎hospitaliser. Environ une personne sur cinq ‎contractant la maladie présente des ‎symptômes graves, notamment des ‎difficultés à respirer. Les personnes plus ‎âgées et celles qui ont d’autres problèmes ‎de santé (hypertension artérielle, ‎problèmes cardiaques ou pulmonaires, ‎diabète ou cancer) ont plus de risque de ‎présenter des symptômes graves. Toutefois, ‎n’importe qui peut contracter la COVID-19 et ‎tomber gravement malade. Les personnes ‎de tout âge qui présentent de la fièvre et/ou ‎une toux associée à des difficultés à ‎respirer/un essoufflement, une ‎douleur/une pression au niveau de la ‎poitrine, ou bien une perte de la parole ou ‎des difficultés à se déplacer doivent ‎consulter un médecin immédiatement. Il est ‎recommandé, dans la mesure du possible, ‎d’appeler le prestataire de soins ou ‎l’établissement de santé au préalable, de ‎sorte que le patient soit dirigé vers le service ‎adapté.‎

Que faire en cas de symptômes de la COVID-19 et quand dois-je consulter un médecin ?

En cas de symptômes discrets, par exemple une toux ou une fièvre légère, il n’est généralement pas nécessaire de consulter un médecin. Restez chez vous, isolez-vous et surveillez l’évolution des symptômes. Suivez les instructions nationales en matière d’auto-isolement. Cependant, si vous habitez dans une région où le paludisme ou la dengue sévit, il faut absolument consulter un médecin en cas de fièvre. Quand vous allez dans un établissement de santé, portez un masque, restez à une distance d’au moins un mètre des autres personnes et ne touchez pas les surfaces avec les mains. Aidez les enfants malades à suivre également ces conseils.

En cas de difficultés à respirer ou de douleur/d’oppression dans la poitrine, consultez immédiatement un médecin. Si possible, appelez d’abord votre médecin afin qu’il puisse vous orienter vers l’établissement de santé le plus adapté.

Comment la COVID-19 se propage-t-elle ?

La COVID-19 est transmise par des personnes porteuses du virus. La maladie se transmet principalement d’une personne à l’autre par le biais de gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne malade tousse, éternue ou parle. Ces gouttelettes sont relativement lourdes, ne parcourent pas de grandes distances et tombent rapidement au sol. Il est possible de contracter la COVID-19 en cas d’inhalation de ces gouttelettes. C’est pourquoi il est important de se tenir à un mètre au moins des autres personnes. Ces gouttelettes peuvent se retrouver sur des objets ou des surfaces autour de la personne malade (tables, poignées de porte et rampes, par exemple). On peut alors contracter la COVID-19 si on touche ces objets ou ces surfaces et si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche. Il faut donc se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydroalcoolique.

L’OMS examine les travaux de recherche en cours sur la manière dont la COVID-19 se propage et elle continuera à communiquer les résultats actualisés.

Peut-on contracter la COVID-19 au contact d’une personne qui ne présente aucun symptôme ?

La COVD-19 se propage principalement par les gouttelettes respiratoires expulsées par les personnes qui toussent ou qui ont d’autres symptômes, comme la fièvre ou la fatigue. Beaucoup de personnes atteintes ne présentent que des symptômes discrets. C’est particulièrement vrai aux premiers stades de la maladie. Il est donc possible de contracter la COVID-19 au contact d’une personne qui n’a, par exemple, qu’une toux légère mais qui ne se sent pas malade.

Selon certaines informations, les personnes asymptomatiques pourraient transmettre le virus. On ne sait pas encore à quelle fréquence cela se produit. L’OMS examine les travaux de recherche en cours sur ce point et elle continuera à communiquer des résultats actualisés.

Comment se protéger et protéger les autres si on ne sait pas qui est infecté ?

Il est important de se laver SYSTÉMATIQUEMENT les mains et de TOUJOURS respecter les règles d’hygiène respiratoire. C’est la meilleure façon de se protéger et de protéger les autres.

Si possible, tenez-vous à au moins un mètre des autres personnes. C’est particulièrement important si la personne la plus proche de vous tousse ou éternue. Comme certaines personnes infectées ne présentent pas de symptômes ou présentent des symptômes discrets, il est préférable de toujours garder une distance physique avec les autres personnes si vous habitez dans une région où le virus de la COVID-19 circule.

Que faire si j’ai été en contact proche avec quelqu’un qui a la COVID-19 ?

Si vous avez été en contact proche avec quelqu’un qui a la COVID-19, il se peut que vous soyez infecté.

On considère qu’il y a eu contact proche si vous vivez avec une personne malade ou si vous vous êtes trouvé à moins d’un mètre cette personne. Dans ces cas, il est préférable que vous restiez chez vous.

Cependant, si vous habitez dans une région où le paludisme ou la dengue sévit, il faut absolument consulter un médecin en cas de fièvre. Quand vous allez dans un établissement de santé, portez un masque, restez à une distance d’au moins un mètre des autres personnes et ne touchez pas les surfaces avec les mains. Aidez les enfants malades à suivre également ces conseils.

Si vous n’habitez pas dans une région où le paludisme ou la dengue sévit, procédez comme suit :

  • Si vous présentez des symptômes, même très discrets, comme une légère fièvre et des douleurs, vous devez vous isoler à votre domicile.
  • En présence de symptômes, isolez-vous et surveillez l’évolution de votre état de santé même si vous pensez ne pas avoir été exposé à la COVID-19.
  • Il est très important de s’isoler précocement car la probabilité d’infecter d’autres personnes est plus élevée aux premiers stades de la maladie, alors que les symptômes sont discrets.
  • Si vous n’avez pas de symptômes mais avez été exposé à une personne infectée, placez-vous en quarantaine pendant 14 jours.

En cas de confirmation de la COVID-19 à l’issue d’un test, isolez-vous pendant 14 jours, même après la disparition des symptômes, à titre de précaution. On ne sait pas encore exactement pendant combien de temps les personnes restent infectieuses après la guérison. Suivez les instructions nationales en matière d’auto-isolement.

Qu’est-ce que l’auto-isolement ?

L’auto-isolement est une mesure importante que doivent prendre les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 pour éviter d’infecter d’autres personnes dans leur entourage, y compris les membres de leur famille.

L’auto-isolement consiste, pour une personne qui a de la fièvre, qui tousse ou qui a d’autres symptômes de la COVID-19, à rester à son domicile et à ne pas se rendre sur son lieu de travail, dans son établissement scolaire ou dans les lieux publics. Cet auto-isolement peut être volontaire ou répondre à la recommandation d’un médecin. Cependant, si vous habitez dans une région où le paludisme ou la dengue sévit, il faut absolument consulter un médecin en cas de fièvre. Quand vous allez dans un établissement de santé, portez un masque, restez à une distance d’au moins un mètre des autres personnes et ne touchez pas les surfaces avec les mains. Aidez les enfants malades à suivre également ces conseils.

Si vous n’habitez pas dans une région où le paludisme ou la dengue sévit, procédez comme suit :

Les personnes qui sont gravement malades (qui ont besoin de soins médicaux) ne doivent pas s’isoler de leur propre initiative.

  • Installez-vous seul dans une grande pièce bien aérée depuis laquelle vous pouvez accéder facilement à un lavabo pour vous laver les mains et à des toilettes.
  • Si c’est impossible, placez chaque lit à un mètre au moins l’un de l’autre.
  • Tenez-vous à au moins un mètre des autres personnes, même des membres de votre famille.
  • Surveillez quotidiennement l’évolution des symptômes.
  • Isolez-vous pendant 14 jours même si vous avez l’impression d’être en bonne santé.
  • En cas de difficultés respiratoires, contactez immédiatement votre médecin, en l’appelant d’abord si possible.
  • Gardez le moral en restant en contact avec les personnes que vous aimez, par téléphone ou en ligne, et en faisant de l’exercice chez vous.

Que faire si je n’ai pas de symptômes mais si je pense avoir été exposé à la COVID-19 ? Qu’est-ce que l’auto-quarantaine ?

L’auto-quarantaine consiste, même si vous ne présentez aucun symptôme, à vous mettre à l’écart des autres personnes parce que vous avez été exposé à la COVID-19. Pendant l’auto-quarantaine, vous devez surveiller l’évolution des symptômes. Le but de l’auto-quarantaine est de prévenir la transmission. Comme les personnes qui contractent la COVID-19 peuvent infecter immédiatement d’autres personnes, l’auto-quarantaine permet de prévenir la survenue de certaines infections.

Dans ce cas :

  • Installez-vous seul dans une grande pièce bien aérée depuis laquelle vous pouvez accéder facilement à un lavabo pour vous laver les mains et à des toilettes.
  • Si c’est impossible, placez chaque lit à un mètre au moins l’un de l’autre.
  • Tenez-vous à au moins un mètre des autres personnes, même des membres de votre famille.
  • Surveillez quotidiennement l’évolution des symptômes.
  • Restez en quarantaine pendant 14 jours même si vous avez l’impression d’être en bonne santé.
  • En cas de difficultés respiratoires, contactez immédiatement votre médecin, en l’appelant d’abord si possible.
  • Gardez le moral en restant en contact avec les personnes que vous aimez, par téléphone ou en ligne, et en faisant de l’exercice chez vous.

Cependant, si vous habitez dans une région où le paludisme ou la dengue sévit, il faut absolument consulter un médecin en cas de fièvre. Quand vous allez dans un établissement de santé, portez un masque, restez à une distance d’au moins un mètre des autres personnes et ne touchez pas les surfaces avec les mains. Aidez les enfants malades à suivre également ces conseils.

Quelle est la différence entre l’auto-isolement, l’auto-quarantaine et la distanciation physique ?

La quarantaine consiste à mettre à l’écart les personnes qui ne sont pas malades mais qui ont été exposées à la COVID-19, ou à restreindre leurs activités. Il s’agit d’éviter que la maladie ne se propage au moment où les personnes présentent les premiers symptômes.

L’isolement consiste à mettre à l’écart les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 et qui peuvent être infectieuses afin d’éviter que la maladie ne se propage.

La distanciation physique consiste à garder physiquement une distance avec les autres personnes. L’OMS recommande de se tenir à au moins un mètre. C’est une mesure générale qui doit être appliquée par chacun, même en l’absence de symptômes ou d’exposition connue à la COVID-19.

Les enfants ou les adolescents peuvent-ils contracter la COVID-19 ?

Les travaux de recherche montrent que la probabilité de contracter l’infection est la même chez les enfants et les adolescents que dans les autres groupes d’âge et que les enfants et les adolescents peuvent propager la maladie.

Les données disponibles à ce jour semblent indiquer que les enfants et les jeunes adultes risquent moins d’être gravement atteints, mais des cas graves peuvent tout de même survenir dans ces groupes d’âge.

Les enfants et les adultes doivent suivre les mêmes conseils en matière d’auto-quarantaine et d’auto-isolement en cas d’exposition ou de symptômes. Il est particulièrement important que les enfants évitent les contacts avec les personnes âgées et les autres personnes risquant d’être gravement atteintes.

Comment puis-je me protéger et éviter que la maladie ne se propage ?

Tenez-vous au courant des dernières informations sur la flambée de COVID-19, disponibles sur le site Web de l’OMS et auprès des autorités de santé publique nationales et locales. Des cas de COVID-19 se sont produits dans la plupart des pays et de nombreux pays sont touchés par des flambées. Dans certains pays, les autorités sont parvenues à ralentir la progression de la flambée. Toutefois, l’évolution de la situation est imprévisible et vous devez donc vous tenir régulièrement informé.

Vous pouvez réduire le risque d’être infecté ou de propager la COVID-19 en prenant quelques précautions simples :

  • Se laver fréquemment et soigneusement les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.
    • Pourquoi ? Se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon tue le virus s’il est présent sur vos mains.
  • Maintenir une distance d’au moins un mètre avec les autres personnes.
    • Pourquoi ? Lorsqu’une personne tousse ou éternue, elle expulse par le nez ou par la bouche de petites gouttelettes qui peuvent contenir le virus. Si vous êtes trop près, vous pouvez inhaler ces gouttelettes et donc le virus responsable de la COVID-19 si la personne en est porteuse.
  • Éviter les lieux très fréquentés.
    • Pourquoi ? Dans les lieux très fréquentés, la probabilité d’être en contact proche avec quelqu’un qui a la COVID-19 est plus élevée et il est plus difficile de maintenir une distance physique d’un mètre.
  • Éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche.
    • Pourquoi ? Les mains sont en contact avec de nombreuses surfaces qui peuvent être contaminées par le virus. Si vous vous touchez les yeux, le nez ou la bouche, le virus peut pénétrer dans votre organisme et vous infecter.
  • Veillez à respecter les règles d’hygiène respiratoire et à ce que les personnes autour de vous en fassent autant. En cas de toux ou d’éternuement, il faut se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude, ou avec un mouchoir et jeter le mouchoir immédiatement après puis se laver les mains.
    • Pourquoi ? Les gouttelettes respiratoires propagent des virus. En respectant les règles d’hygiène respiratoire, vous protégez les personnes autour de vous de virus tels que ceux responsables du rhume, de la grippe ou de la COVID-19.
  • Si vous avez des symptômes, mêmes bénins (toux, maux de tête, légère fièvre), restez chez vous jusqu’à la guérison. Demandez à quelqu’un de faire les courses pour vous. Si vous devez sortir, portez un masque pour éviter d’infecter d’autres personnes.
    • Pourquoi ? En évitant les contacts avec d’autres personnes, vous protégez ces dernières d’une contamination éventuelle par le virus de la COVID-19 et d’autres virus.
  • En cas de fièvre, de toux et de dyspnée, consultez un médecin, si possible après l’avoir appelé par téléphone, et suivez les instructions des autorités sanitaires locales.
    • Pourquoi ? Ce sont les autorités nationales et locales qui disposent des informations les plus récentes sur la situation dans la région où vous vous trouvez. Si vous l’appelez, votre médecin pourra vous orienter rapidement vers l’établissement de santé le plus adapté. En outre, cela vous protègera et évitera la propagation de virus et d’autres agents infectieux.
  • Pour vous informer, consultez des sources fiables, telles que l’OMS et les autorités sanitaires locales et nationales.
    • Pourquoi ? Les autorités locales et nationales sont les mieux placées pour vous indiquer comment vous protéger.

Comment se saluer tout en évitant de ‎contracter la maladie à coronavirus 2019 ‎‎(COVID-19) ?‎

Pour éviter de contracter la COVID-19, il vaut ‎mieux éviter les contacts physiques et se ‎saluer par un geste de la main, un hochement ‎de tête ou une inclination.‎

Existe-t-il un vaccin, un médicament ou un traitement contre la COVID-19 ?

Certains remèdes occidentaux, traditionnels ‎ou domestiques peuvent apporter du ‎confort et soulager les symptômes de la ‎COVID-19 dans le cas d’une infection ‎bénigne, mais aucune étude n’a permis de ‎démontrer l’efficacité d’un médicament ‎actuel pour prévenir ou traiter la maladie. ‎L’OMS ne recommande de prendre aucun ‎médicament, y compris les antibiotiques, en ‎automédication pour prévenir ou guérir la ‎COVID-19. Cependant, plusieurs essais ‎cliniques de médicaments occidentaux ou ‎traditionnels sont en cours. L’OMS ‎coordonne les efforts pour concevoir des ‎vaccins et des médicaments pour la ‎prévention et le traitement de la COVID-19 ‎et continuera de fournir des informations ‎mises à jour à mesure que les résultats des ‎recherches seront disponibles.‎

Le meilleur moyen de se protéger et de protéger les autres de la COVID-19 est :

  • De se laver les mains souvent et soigneusement ;
  • D’éviter de se toucher les yeux, la bouche et le nez ;
  • De tousser dans le pli du coude, ou dans un mouchoir à usage unique puis de jeter le mouchoir immédiatement après et de se laver les mains ;
  • De garder une distance d’au moins un mètre avec les autres personnes.

L’OMS recommande-t-elle le port du masque médical pour éviter que la COVID-19 ne se propage ?

Il n’y a actuellement pas assez de données permettant de formuler des recommandations tendant à conseiller ou à déconseiller le port du masque (médical ou autre) aux personnes en bonne santé dans les espaces collectifs. Toutefois, l’OMS étudie activement les connaissances scientifiques au sujet des masques, qui évoluent rapidement, et actualise en permanence ses orientations.

Le port du masque médical est principalement recommandé dans les établissements de soins, mais il peut être envisagé dans d’autres circonstances (voir ci-dessous). Il doit être associé à d’autres mesures essentielles de lutte anti-infectieuse, comme l’hygiène des mains et la distanciation physique.

Soignants :

Pourquoi ? Les masques médicaux et les masques de protection respiratoire N95, FFP2 ou équivalents doivent être réservés aux soignants quand ils prennent en charge des patients. En effet, les soignants sont les plus exposés à la COVID-19, car celle-ci se transmet principalement en cas de contact proche avec un cas présumé ou confirmé et son environnement immédiat.  

Personnes malades et qui présentent des symptômes de la COVID-19 :

Pourquoi ? Les personnes malades qui présentent des symptômes bénins (douleurs musculaires, légère toux, maux de gorge ou fatigue) doivent s’isoler à leur domicile et porter un masque médical suivant les recommandations de l’OMS relatives à la prise en charge à domicile des cas présumés de COVID-19. La toux, les éternuements ou le fait de parler peuvent produire des gouttelettes susceptibles de propager l’infection. Ces gouttelettes peuvent atteindre le visage des personnes alentour et se retrouver dans l’environnement proche. Si une personne infectée porte un masque médical alors qu’elle tousse, éternue ou parle, les gens autour d’elle seront plus facilement protégés de l’infection.  

Si une personne malade doit se rendre dans un établissement de santé, elle doit porter un masque médical.

Personnes qui prennent en charge à domicile des patients atteints de la COVID-19 :

Pourquoi ? Les personnes qui s’occupent de patients atteints de la COVID-19 doivent porter un masque médical pour se protéger car les contacts proches, fréquents et prolongés avec ces patients exposent les personnes qui s’en occupent à un risque élevé.

Les décideurs nationaux peuvent aussi choisir de recommander le port du masque médical à certaines personnes en fonction des risques. Cette approche tient compte du but du masque, du risque d’exposition et de la vulnérabilité du porteur, du contexte, de la possibilité de porter le masque et des types de masque envisagés.

Comment porter correctement un masque médical ?

Si vous choisissez de porter un masque :

  • Avant de mettre un masque, se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.
  • Vérifier que le masque n’est ni déchiré ni troué.
  • Orienter le masque dans le bon sens (bande métallique vers le haut).
  • Vérifier que la face colorée du masque est placée vers l’extérieur.
  • Placer le masque sur le visage. Pincer la bande métallique ou le bord dur du masque afin qu’il épouse la forme du nez.
  • Tirer le bas du masque pour recouvrir la bouche et le menton.
  • Ne pas toucher le masque pendant que vous le portez.
  • Après usage, retirer le masque en ayant les mains propres, enlever les élastiques de derrière les oreilles tout en éloignant le masque du visage et des vêtements afin d’éviter de toucher des parties du masque éventuellement contaminées.
  • Ne pas réutiliser le masque. Jeter le masque dans une poubelle fermée immédiatement après usage.
  • Après avoir touché ou jeté le masque, se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon si elles sont visiblement sales.

Sachez qu’il y a une pénurie mondiale de masques médicaux (chirurgicaux et N95). Ces masques doivent être réservés autant que possible aux soignants.

N’oubliez pas que le port du masque ne remplace pas d’autres moyens plus efficaces de se protéger et de protéger les autres de la COVID-19 (se laver fréquemment les mains, tousser dans le pli du coude ou dans un mouchoir et se tenir à une distance d’au moins un mètre des autres personnes). Pour plus d’informations, consultez les mesures de protection essentielles contre le nouveau coronavirus.

Suivez les conseils des autorités sanitaires nationales concernant le port du masque.

Combien de temps s’écoule entre l’exposition au virus de la COVID-19 et l’apparition des symptômes ?

Le délai qui s’écoule entre l’exposition au virus de la COVID-19 et l’apparition des symptômes est habituellement de cinq à six jours, mais il peut aller d’un à 14 jours.

Quel est le lien entre la COVID-19 et les animaux ?

La COVID-19 se transmet d’une personne à l’autre.

Nous disposons déjà de beaucoup d’informations sur les autres coronavirus et la plupart de ces types de virus ont une origine animale. Le virus de la COVID-19 (aussi appelé SARS-CoV-2) est nouveau chez l’homme. La source animale éventuelle de la COVID-19 n’a pas encore été confirmée, mais des travaux de recherche sont en cours.  

L’OMS continue à suivre les travaux de recherche sur ce sujets et d’autres sujets liés à la COVID-19, et elle publiera des informations actualisées quand de nouveaux résultats seront disponibles.            

Un animal domestique ou autre peut-il me transmettre la COVID-19 ?

Plusieurs chiens et félins (chats domestiques et tigres) en contact avec des humains infestés ont donné des résultats positifs à la COVID-19. Il semblerait en outre que les furets soient sensibles à l’infection. Dans des conditions expérimentales, des chats et des furets ont pu transmettre l’infection à d’autres animaux de la même espèce. Toutefois, rien ne prouve que ces animaux puissent transmettre la maladie à l’homme et ainsi propager la COVID-19, qui se transmet avant tout par les gouttelettes projetées lorsqu’une personne infectée tousse, éternue ou parle.

Le virus a également été détecté chez des visons d’élevage, qui avaient probablement été infectés par des ouvriers agricoles. Dans quelques cas, les visons infectés par l’homme ont transmis le virus à d’autres personnes. Il s’agit des premiers cas signalés de transmission de l’animal à l’homme.

Il est toujours recommandé aux personnes malades de la COVID-19 et aux personnes à risque de limiter leurs contacts avec des animaux. Au moment de manipuler des animaux ou d’en prendre soin, il convient d’appliquer systématiquement des mesures d’hygiène de base, à savoir se laver les mains après avoir manipulé les animaux, leur nourriture ou leurs affaires, et éviter de les embrasser, de se faire lécher et de partager de la nourriture.

Le site web de l’OIE donne plus de recommandations à ce sujet www.oie.int.

L’OMS continue de suivre les dernières études sur ce sujet et sur d’autres thèmes en lien avec la COVID‑19 et mettra ces informations à jour à mesure que de nouvelles conclusions sont disponibles.

Combien de temps le virus survit-il sur les surfaces ?

Le plus important à savoir est que les surfaces peuvent être facilement nettoyées avec un désinfectant ménager courant qui tuera le coronavirus. Des études ont montré que le virus de la COVID-19 peut survivre pendant 72 heures sur le plastique et l’acier inoxydable, moins de quatre heures sur le cuivre et moins de 24 heures sur le carton.

Comme toujours, il faut se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon et éviter de se toucher les yeux, la bouche ou le nez.

Comment faire ses courses en toute sécurité ?

Quand vous faites vos courses, restez à une distance d’au moins un mètre des autres personnes et évitez de vous toucher les yeux, la bouche et le nez. Si possible, désinfectez les poignées des chariots ou les anses des paniers avant de commencer à faire vos achats. Lavez-vous soigneusement les mains dès que vous rentrez chez vous et après avoir manipulé et rangé les articles que vous avez achetés. Aucun cas confirmé de COVID-19 n’a encore été transmis par les aliments ou les emballages des denrées.

Comment laver les fruits et légumes ?

Les fruits et légumes sont des éléments importants d’une alimentation saine. Lavez-les comme vous le feriez en temps ordinaire : lavez-vous d’abord les mains à l’eau et au savon puis lavez soigneusement les fruits et légumes à l’eau claire, en particulier si vous les consommez crus.

Les antibiotiques sont-ils efficaces pour prévenir ou traiter la COVID-19 ?

Non, les antibiotiques n’agissent pas contre les virus, mais seulement contre les infections bactériennes. La COVID-19 étant due à un virus, les antibiotiques sont inefficaces. Ils ne doivent pas être utilisés comme moyen de prévention ou de traitement de la COVID-19. À l’hôpital, les médecins auront parfois recours à des antibiotiques pour prévenir ou traiter une surinfection bactérienne, qui peut être une complication de la COVID-19 chez les patients gravement atteints. Les antibiotiques doivent être utilisés seulement sur prescription médicale pour traiter une infection bactérienne.

Puis-je contracter la COVID-19 par contact avec les matières fécales d’une personne malade ?

Les premières investigations semblent indiquer que le virus peut être présent dans les matières fécales dans certains cas mais, à ce jour, aucun cas de transmission oro-fécale de la COVD-19 n’a été rapporté. En outre, il n’y a aujourd’hui aucune donnée prouvant que le virus de la COVID-19 survit dans l’eau ou dans les eaux usées.

L’OMS examine les travaux de recherche en cours sur les modes de propagation de la COVID-19 et elle continuera à publier les nouveaux résultats obtenus sur ce sujet.

Faute d’orthographe ? Veuillez nous en informer en sélectionnant le texte et en appuyant sur « Ctrl + Entrée ».

18 thoughts on “Coronavirus 2019 n-CoV

  1. Le virus est toujours là.

    • Se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydro-alcoolique.
    • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans son mouchoir.
    • Se moucher dans un mouchoir à usage unique puis le jeter.
    • Éviter de se toucher le visage.
    • Respecter une distance d’au moins un mètre avec les autres.
    • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades.

    En l’absence de traitement, la meilleure des protections pour vous et pour vos proches est, en permanence, le respect des mesures barrières et de la distanciation physique. En complément, portez un masque quand la distance d’un mètre ne peut pas être respectée.

    Cordialement,
    Dylan FOUVILLE

  2. Santé Publique France a publié ce Vendredi 10 Juillet son point épidémiologique du 9 Juillet. Les chiffres, qui se concentrent sur l’évolution du Covid-19 sur la semaine du 29 Juin au 5 Juillet (semaine 27 de l’épidémie) confirment une « nouvelle tendance à l’augmentation de la circulation du virus ». Néanmoins, rien d’inquiétant pour l’instant, selon « SPF », la circulation virale restant maîtrisée.

    3797 nouveaux cas de Covid-19 ont ainsi été recensés durant cette semaine 27, contre 3406 la semaine précédente. Le nombre de nouvelles hospitalisations a cependant baissé. 646 nouvelles hospitalisations ont été recensées contre 666 pour la semaine 26. Les admissions en réanimations sont également en baisse puisqu’elles s’élèvent à 73 contre 82. Le nombre de morts recensés dans les établissements de santé décroît lui aussi avec 124 décès contre 164.

    Le virus est toujours là.

    • Se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydro-alcoolique.
    • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans son mouchoir.
    • Se moucher dans un mouchoir à usage unique puis le jeter.
    • Éviter de se toucher le visage.
    • Respecter une distance d’au moins un mètre avec les autres.
    • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades.

    En l’absence de traitement, la meilleure des protections pour vous et pour vos proches est, en permanence, le respect des mesures barrières et de la distanciation physique. En complément, portez un masque quand la distance d’un mètre ne peut pas être respectée.

    Cordialement,
    Dylan FOUVILLE

  3. Le coronavirus est encore présent et aujourd’hui, il y a beaucoup trop de relâchement, entre la fête nationale et les fêtes interdites, trop de relâchement, les gestes barrières ne sont pas respectées et l’OMS alerte plusieurs pays sur le retour progressif. Je rappelle que plusieurs pays sont déjà en confinement.

    1. Bonjour Néo, je suis entièrement d’accord.

      Il faut :

      • Se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydro-alcoolique.
      • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans son mouchoir.
      • Se moucher dans un mouchoir à usage unique puis le jeter.
      • Éviter de se toucher le visage.
      • Respecter une distance d’au moins un mètre avec les autres.
      • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades.

      Cordialement,
      Dylan FOUVILLE

  4. Selon les données du Ministère de la Santé, le taux de reproduction du virus en Bretagne a fortement augmenté ces derniers jours.

    Les quatre départements bretons passent dans le rouge.

    (Info Ouest-France)

  5. Afin de limiter les risques d’une reprise de l’épidémie, le port du masque grand public est rendu obligatoire dans tous les lieux clos, en complément des gestes barrières, à compter du 20 Juillet.

    Depuis le début de la crise sanitaire, l’État se mobilise pour accroître le stock de masques grand public :

    • Il agit pour renforcer la production sur le territoire national : avec son appui, les entreprises françaises industrielles fabriquent des masques de haute protection pour tous, en adaptant pour certaines d’entre elles leurs outils de production.
    • Dans la perspective du déconfinement, l’État met au service des Français un ensemble d’informations et de contacts leur permettant de fabriquer leur propre masque dans le respect du cadre défini par les autorités sanitaires et des spécifications de l’AFNOR (Association Française de NORmalisation). Ces masques font l’objet de tests quant à leurs performances de filtration (https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection) et son reconnaissables au logo qui doit figurer sur leur emballage ou leur notice.
    • Il met au service de tous un ensemble d’informations et de contacts leur permettant de fabriquer leur propre masque dans le respect du cadre défini par les autorités sanitaires et des spécifications de l’AFNOR (Association Française de NORmalisation).

    Cordialement,
    Dylan FOUVILLE

  6. Bonjour Dylan, je te recommande de mettre en place sur ton blog les statistiques en temps réel concernant le coronavirus.
    Je pense que cela pourrait attiré plus de gens !

  7. Depuis le 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux clos recevant du public ainsi que dans les lieux estimés pertinents par les préfets de chaque département, sauf les locaux d’habitation, en fonction de la situation épidémique locale.

    Cordialement,
    Dylan FOUVILLE

  8. La décision de passage en zone de circulation active (ZCA) s’appuie sur l’appréciation du profil épidémiologique de chaque territoire suite à l’analyse d’un ensemble d’indicateurs produits par Santé publique France (taux d’incidence, tension hospitalière, nombre de tests réalisés, taux de positivité des tests, évolution du nombre de clusters, etc.).

    Ainsi, une zone de circulation active du virus se caractérise principalement par un taux d’incidence supérieur à 50 pour 100 000 habitants et une dynamique épidémique défavorable (ex. : augmentation rapide du taux d’incidence). Toutefois, par anticipation (ex. : si le département a un taux d’incidence très proche de 50 pour 100 000 habitants et en augmentation) et pour des raisons de cohésion territoriale (ex. : si le département est proche d’un autre département avec un taux d’incidence élevé), le département peut être classé en ZCA à partir d’un taux d’incidence supérieur à 30 pour 100 000 habitants.

    La décision de passage en ZCA est prise par décret du Premier ministre, en modification de l’annexe 2 du décret n°2020-860 du 10 juillet 2020.

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/etat-des-lieux-et-actualites/article/indicateurs-de-l-activite-epidemique.

    Cordialement,
    Dylan FOUVILLE

  9. Nous sommes dans un gros problème avec ce virus.
    Malheureusement pour le moment et pour moi ça va encore durer, nous n’avons toujours pas de remède…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy link
Powered by Social Snap

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :